Rechercher
  • IEJ

Deuxième florilège d'anecdotes

Pendant quelques années, nous avons publié régulièrement sur notre page Facebook des anecdotes concernant le judaïsme.

Voici notre deuxième florilège :


Hessy Levinsons Taft en 1935. Couverture du magazine nazi, "Sonne ins Haus" - (c) Yad Vashem.
18 août 2015

En 1935, le régime nazi utilisa la photo d'un bébé pour représenter le parfait aryen sur des affiches et dans des magazines. Il s’agissait d’Hessy Taft qui a fait don, l’année dernière, à Yad Vashem, d’une couverture d’un de ces magazines. Elle avait été prise par un photographe allemand professionnel qui avait trouvé amusant, lorsque les nazis lui avaient demandé ses clichés de bébé, de leur donner la photo d'un bébé juif. Les nazis ignoraient que le bébé représenté était une petite fille juive.


12 janvier 2016

« Le coup du petit juif » est une expression qui signifie se cogner le nerf cubital qui se trouve près du coude. On ressent alors une douleur qui ressemble à une décharge électrique. L’origine de cette formule remonte à l’époque ou les commerçants de tissus et de vêtements, souvent juifs, mesuraient le tissu à l’aune, en l’enroulant autour de l’avant-bras. Cette méthode de mesure demandait des mouvements du bras du haut vers le bas et il n’était pas rare que le commerçant se cogne le coude contre le comptoir.


26 juillet 2016

Saviez-vous que le Talmud est un « best-seller » en Corée du Sud ? Alors que très peu de juifs vivent dans ce pays, à l’école, les enfant sud-coréens étudient le Talmud, sous une forme abrégée et simplifiée, dès leur plus jeune âge. En effet, les Sud-Coréens pensent trouver dans cet ouvrage le secret de la réussite du peuple juif qui, en proportion, compte le pourcentage le plus élevé de lauréats du prix Nobel. La lecture du Talmud permettrait, pensent-ils, de mieux développer ses capacités mentales. De plus, les Sud-Coréens se sentent proches des valeurs familiales inculquées par le Talmud.


9 mai 2017

Saviez-vous que la synagogue d’Alexandrie était tellement grande que le bedeau, placé sur une estrade en bois au milieu des fidèles, devait agiter un drapeau pour indiquer au peuple qui priait quand répondre « Amen » ?

La communauté juive était forte de plusieurs centaines de milliers de personnes et la synagogue pouvait contenir des milliers de fidèles placés selon leur profession.

85 vues

+32 2 650 33 48

17 avenue Roosevelt, 1050 Ixelles, Belgique

  • Facebook Social Icône

©2019 by Institut d'Etudes du Judaïsme. Proudly created with Wix.com